Lien Twitterk Lien Facebook

Nyame akwan

NYAME AKWAN, ORANGES, GHANA (PRODUCTEUR)

La culture fruitière de citrus est une source de revenu grandissante au Ghana, mais les fermiers doivent faire face à de nombreuses difficultés, telles que la distribution dispersée des unités de production, de mauvais réseaux routiers, l'exploitation minière illégale et la menace d'une maladie fongique appelée Citrus Black Spot. Cependant, le changement de climat reste le défi principal, étant donné que les agrumes peuvent murir trop tôt ou une culture toute entière peut être perdue comme suite au changement des tendances de pluviosité dans la région Ashanti.

Nyame Akwan est un producteur d'oranges de commerce équitable commercialement viable malgré ces revers variés. Établi en 1997, il travaille maintenant avec plus de 100 fermiers à Kumasi à cultiver deux types d'oranges : Late Valencia et Ortanique. Comme c'est le cas pour d'autres producteurs d'agrumes dans la région, 100% de leur production est vendue a une entreprise locale de transformation des aliments pour être exportée. Dans le cas de Nyame Akwan, un exportateur local transporte ses produits a l'acheteur principal en Europe. Par la suite, l'acheteur paye la prime de commerce équitable directement a Nyame Akwan.

SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ANTHONY ASAFO-ADJEI A DIT :

"De conditions de travail difficiles continuent à atteindre notre production, mais le ministère ghanéen de l'Alimentation et de l'Agriculture a aidé financièrement à enseigner les fermiers comment se débrouiller. Heureusement, cette saison-ci le temps s'est aussi amélioré de façon que la production se soit accrue."

UN AVENIR QUI S'ANNONCE BIEN POUR LES PRODUCTEURS D'ORANGES

Nyame Akwan a demandé un  financement a Shared Interest en 2015. A celle époque-la des drosophiles causaient des pertes de production jusqu’à 40%. Malgré cela, le prêt lui a permis d'acheter des engrais pour les fermiers et a fini par augmenter le volume de la production. Des équipements d'entretien agricole ont aussi été achetés pour les fermes, ce qui a aidé à réduire la perte de fruit a seulement 10%.

La formation a aussi aidé à améliorer les rendements. Auparavant la plupart des oranges étaient cueillis manuellement utilisant des bâtons, mais les fruits qui tombaient par terre étaient gaspillés. Suivant la formation, les fermiers ont commencé à laisser pendre des filets métalliques sous les orangers à ramasser les oranges. Vu que les orangers ne produisent pas de fruits pendant les premières quatre années et qu'ensuite ils ne produisent de fruits que deux fois par an, il faut absolument que le gaspillage soit réduit au minimum.

Président Mustapha Abubakar a dit :

"Notre espoir pour l'avenir, c'est d'utiliser plus de machines car en ce moment notre travail demande beaucoup de force physique. Nous aimerions aussi acheter un camion pour transporter les fruits des fermes de nos adhérents. Une fois que nous aurone 200 membres, nous aimerions aussi former une coopérative."

Retour à la carte